Todo es tango

banner todo es tango

Ce sont neuf photographies - magnifiques tirages grand format sur dibond - prises durant la genèse du documentaire « Tango, no todo es Rock » (Jacques Goldstein, Pedro Lombardi). Neuf images qui retracent, d’une rive à l’autre du Rio de la Plata, pas moins que les origines et l’essence du tango moderne.

De l’école de danse à la milonga tardive, l’excessive concentration des danseurs répond à la fluidité de leurs mouvements. Loin des clichés, c’est un héritage de passion et d’expressivité que se transmettent des générations de danseurs, et que la caméra capte dans sa globalité.

Le photographe est à l’image de ses sujets : infiniment exigeant, austère sur un plan technique, conscient de son héritage (en matière de photographie, l’école française, et en matière de tango, les vinyles de son enfance à Montevideo...). Derrière la technique, après l’apprentissage, vient l’instant indéfinissable, et le geste. Un geste unique et final qui cèle la rencontre du corps et de l’âme.

“Chicho”, Esteban Cortez ou encore Evelyn Rivera, les personnages attachants du documentaire étaient déjà présents dans le livre « Invitation au Tango » (Editions du Collectionneur, Paris 2005). Devenus des références mondiales de la danse, ils sont là, évidemment.

Vernissage